Dégénérescence maculaire liée à l'âge

Cet article a fait l'objet d'une publication anticipée et a été mis en évidence dans les nouvelles médicales canadiennes. La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est une maladie complexe et multifactorielle qui touche environ 13 % des Canadiens. La DMLA peut entraîner une perte progressive de la vision centrale et, à terme, une perte totale de la vision. La DMLA précoce a un effet important sur la qualité de vie d'une personne, y compris la perte potentielle d'indépendance. L'identification correcte de la DMLA dans le cadre des soins oculaires primaires (optométristes et ophtalmologistes) est essentielle pour que la maladie puisse être traitée dans ses phases les plus précoces et que la perte de vision puisse être évitée.

PARTICULARITÉS DE L'ÉTUDE

  • Étude transversale
  • 644 adultes (1 288 yeux) âgés de 60 ans et plus présentant une santé maculaire normale selon le dossier médical (examen oculaire récent effectué par un ophtalmologiste ou un optométriste de soins oculaires primaires) inscrits à l'étude Alabama Study on Early Age-Related Macular Degeneration (ALSTAR) du 1er mai 2009 au 31 décembre 2011.
  • La présence de DMLA a été définie par le système de stadification clinique de la DMLA basé sur une photographie en couleur du fond de l'œil.

LIMITES DE CETTE ÉTUDE

  • Cette étude n'a pas permis de discerner les raisons du sous-diagnostic de la DMLA dans le cadre des soins oculaires primaires.

CE QUE L'ON SAVAIT DÉJÀ

  • Il est plus difficile de visualiser la rétine lors des examens oculaires de routine chez les adultes plus âgés.

CE QUE CETTE ÉTUDE APPORTE

  • Premier rapport traitant de l'ampleur du sous-diagnostic de la DMLA chez les ophtalmologistes de premier recours aux États-Unis.
  • Première étude à montrer que la présence de cataractes ne contribue pas au non-diagnostic.
  • 25 % des yeux diagnostiqués comme normaux lors d'un examen oculaire de routine présentaient des signes de DMLA lorsqu'ils ont été examinés à l'aide d'une photographie du fond de l'œil.
  • 30 % des yeux non diagnostiqués atteints de DMLA auraient pu être traités par des compléments alimentaires (lutéine et zéaxanthine) s'ils avaient été diagnostiqués.
  • Il n'y avait aucune différence dans la prévalence de la DMLA non diagnostiquée entre les ophtalmologistes et les optométristes.

Neely, D.C. et al (2017) Prevalence of undiagnosed age-related macular degeneration in primary eye care. JAMA Ophthalmology (epub) : doi : 10.1001/jamaophthalmol.2017.0830. Discussion sur les sujets brûlants - Volume 2, numéro 5

Liste de produits

Vous n'avez aucun article dans la liste de souhaits.

Francais
Francais